Anxiété: tout ce que vous voulez savoir!

 

Anxiété: tout ce que vous devez savoir!

Qu’est ce que l’anxiété ?

La définition de l’anxiété varie en fonction du prisme à travers lequel nous l’observons. Le thérapeute regarde l’anxiété comme étant une émotion normale avec laquelle nous devons intervenir lorsqu’elle cause des difficultés à celui qui la vit. Pour les professionnels de la santé, l’anxiété est plutôt associée à une condition psychologique voir même pathologique. Qui dit vrai?  En pratique, les deux ont raison, il s’agit d’interprétation et de jargon utilisé.

L’anxiété, comment s`en sortir ?

Bien qu’il y ait plusieurs façons d’atteindre l’objectif d’atténuer les symptômes de l’anxiété ou encore mieux, de la vaincre, les approches cognitivo-comportementales ainsi que la pleine conscience sont les pièces maîtresses de nos interventions. Il s’agit de thérapies brèves où les clients observent des progrès notables dès les premières rencontres. Nous passons peu de temps sur le passé, nous sommes davantage tournés vers le futur souhaité.

Pourquoi vivre de l’anxiété ?

L’anxiété est une émotion inhérente aux humains. Nous l’expérimentons tous à différents degrés et à différentes fréquences. L’anxiété dans bien des cas est une émotion négative normale en réaction à des situations ou contextes menaçants x,y,z. Par contre, pour un nombre grandissant de personnes, l’anxiété devient une entité à part entière qui vient interférer dans bien des cas avec le fonctionnement normal au quotidien. Pour ces gens, l’anxiété passe d’une anxiété saine à une anxiété malsaine. Voici un article concernant les causes possibles et les facteurs contribuants à l’anxiété chez les enfant: https://www.cliniquedelenfant.ca/anxiete-comment-lidentifier/

L’anxiété : Quand consulter ?

Lorsque nous nous soupçonnons ou encore soupçonnons notre enfant de vivre exagérément de l’anxiété, nous recommandons de consulter sans tarder. L’intervention précoce est le meilleur des réflexes à adopter. Il est peu fréquent que l’anxiété s’atténue ou redevienne normale par d`elle-même. Comme dans bien d’autres cas, le temps malheureusement, n’arrange pas les choses.

Voici quelques indices pouvant lever un drapeau rouge concernant l’anxiété :

  • La personne s’isole de façon inhabituelle
  • Nous observons des rigidités cognitives, apparition de rituels etc.
  • Une régression dans les stades de développement des enfants (l’enfant qui était propre recommence à souiller ses vêtements etc.)
  • Apparition de tics nerveux, bruits de bouche etc.
  • Le mécanisme d’évitement est de plus en plus présent dans la vie de la personne

Anxiété ou dépression ?

L’anxiété et la dépression sont très différentes. L’anxiété est une émotion qui est normale et saine la majorité du temps tandis que la dépression est une pathologie et non pas une émotion. Pour pouvoir parler de dépression, plusieurs critères diagnostiques précis doivent être présents depuis une certaine période, avec un certain degré d’intensité et avec des conséquences invalidantes significatives. Nous constatons par contre que dans bien des cas, lorsqu’une personne souffre d’anxiété chronique, aigue ou généralisée, la dépression peut en découler.

Anxiété ou stress ?

Nous devons garder en tête qu’autant le stress que l’anxiété sont des réponses  normales du corps face à une menace ou une apparence de menace. Règle générale, les réponses physiologiques du corps s’estompent lorsque le stimulis, l’élément stresseur et le contexte stressant sont passés. Le corps retrouve rapidement son état normal. Tandis que pour l’anxiété, une fois l’événement ou le stimulis passé, l’état d’alerte du corps demeurera actif.

Crise de panique ou crise cardiaque ?

Dans les deux cas, il y a plusieurs symptômes semblables. La règle d’or est de ne jamais prendre de risques, en cas de doute, consulter le plus rapidement possible.

Anxiété ou TDAH ?

L’œuf ou la poule ? Plusieurs symptômes sont communs. L’anxiété est dans bien des cas, le dénominateur commun à plusieurs défis tel que le TDAH, le trouble d’opposition ou la dépression. Nous pouvons affirmer que c’est un bon réflexe à préconiser d’adresser en premier lieu l’hypothèse de l’anxiété avant de penser au TDAH.

Quel traitement suivre ?

Plusieurs traitements existent pour traiter l’anxiété. Il y a la psychothérapie, le traitement pharmacologique etc. La littérature scientifique indique que la combinaison entre la médication et une forme de thérapie, de coaching ou de réadaptation présentent les meilleurs résultats. Malheureusement, les listes d’attentes étant longues dans le secteur public ainsi que l’accessibilité des services privés font en sorte que dans bien des cas, la médication est utilisée seule et n’apporte que des résultats décevants.

Quelle médication utiliser concernant l’anxiété?

L’Alprazolam (Xanax), le Clonazépam (Rivotril)*, et le Lorazépam (Ativan) sont les anxiolytiques benzodiazépines les plus prescrites pour le traitement de l’anxiété. Il est également important de garder en tête que, lorsque prises pendant de longues périodes, des risques de dépendance sont associés.

Qu’est ce que l’anxiété généralisée communément appelé le TAG (Trouble d’anxiété généralisé) ?

Le TAG est un état d’anxiété chronique qui invalide la personne dans ses activités quotidiennes dans laquelle la personne présente des symptômes de :

  • Anxiété aigue et intense
  • Un excès d’inquiétudes et de pressentiments d’évènements catastrophiques
  • Un excès d’inquiétudes à propos de sa santé, de la santé de ses proches
  • Un sentiment constant qu’une catastrophe est sur le point de se produire.

Une multitude de symptômes physiques peuvent aussi être présents :

  • Fatigue mentale et physique
  • Trouble de la mémoire
  • Insomnie, migraines
  • Hypervigilance et irritabilité
  • etc.

Que faire lorsque nous souffrons d’anxiété généralisée ?

Il est essentiel de solliciter l’aide d’un professionnel afin de propulser et de faire faire un bond en avant à la personne souffrant d’anxiété généralisée. La solution médicamenteuse est également une piste de solution. Il est également nécessaire de faire un examen complet de l’hygiène de vie de la personne (sommeil, alimentation, activité physique, qualité des relations interpersonnelles etc.).

Quoi manger pour lutter contre l’anxiété ?

Il est primordial d’avoir un apport calorique suffisant.  Lorsque nous sommes en état de déficit calorique, le corps sous stress produit du cortisol, l’hormone du stress ainsi que de l’adrénaline. Également, nous ne recommandons pas de régime faible en glucides pour quelqu’un ayant un travail stressant ainsi que des défis au niveau de l’anxiété et du stress. Il sera ainsi important d’utiliser les glucides dans des moments ciblés pour gérer le stress de l’individu et maximiser la production de sérotonine. C’est donc crucial d’opter pour un type alimentaire qui optimisera les neurotransmetteurs impliqués dans la gestion du stress et des humeurs. Le déjeuner est particulièrement important pour la personne ayant des défis au niveau de l’anxiété.

Qu’est ce que l’anxiété de performance ?

La principale préoccupation associée à l’anxiété de performance est la peur d’être tellement anxieux au point du perdre tous ses moyens, de geler face à un défi important, d’avoir des blancs de mémoire et de tout oublier ce que nous avons étudié. Il y a dans bien des cas, une appréhension inhérente de se faire juger et de subir la moquerie de ses pairs face à cet échec. Il y a également, dans bien des cas, des enjeux affectifs associés à l’anxiété de performance (peur de ne plus être aimé par ses êtres chers, peur de décevoir etc.).

Quels sont les symptômes de l’anxiété ?

Il existe plusieurs symptômes de l’anxiété, certains physiques; (estomac noué, mal de ventre, souffle court, mains moites, maux de tête, rythme cardiaque accéléré).  D’autres symptômes, cette fois au niveau de la pensée peuvent être présents; mécanismes d’évitement, pensées catastrophistes, mode de résolutions de problèmes contreproductifs, hypervigilance face à ses propres symptômes physiques etc.

Qui consulter ?

Il y a plusieurs professionnels qui peuvent accompagner les personnes vivant de l’anxiété. La qualité de l’alliance thérapeutique et le lien de confiance envers l’intervenant sera un des plus grands facteurs qui amènera des progrès. Ainsi, le titre d’emploi du professionnel n’est pas le premier critère lors du choix d’une ressource.

Author Bio

Avatar

Suivez-nous sur