10 indices que votre enfant est peut-être dépendant aux jeux vidéo

un ado dépendant aux jeux vidéo

Votre adolescent se transforme en monstre, il tombe dans un mode de survie, est explosif et agressif à la seconde où vous lui parlez de diminuer son temps de jeux vidéo ? Les jeux vidéo sont devenus sa raison de vivre, son centre d’intérêt et toutes ses pensées semblent orientées vers ceux-ci ? C’est inévitable qu’à la seconde où vous lui indiquez que le temps de jeux vidéo est terminé, la situation tourne au cauchemar, en conflit et ses réactions vous semblent exagérées ?

Afin de déterminer si les jeux vidéo sont devenus problématiques, vous devez vous poser la question suivante : ‘’ Est-ce que mon enfant à cause des jeux vidéo, néglige grandement ou exclu des activités de sa vie quotidienne tel que dormir, manger, se laver, bâtir ou entretenir ses relations d’amitié ou relations interpersonnelles? ‘’. Est-ce que les jeux vidéo nuisent à l’accomplissement de ses activités de vie quotidienne ? Si la réponse est oui à ces questions, il est probable que vous soyez en présence d’une dépendance ou encore d’une dépendance en voie de le devenir.

Pourquoi consomme-t-il autant de jeux vidéo ?

Il est important que vous sachiez que, pour votre enfant, autant que pour des adultes, le refuge dans les jeux vidéo est un moyen de fuir et d’éviter des difficultés vécues par la personne. Même si la dépendance aux jeux vidéo n’est pas encore une pathologie reconnue dans le DSM-5, il y a tout de même de multiples ressemblances avec les dépendances à l’alcool, la drogue, le jeu, le travail ou le sexe. Ainsi, les jeux vidéo peuvent être pour certains, des moyens de prédilection pour fuir des difficultés qu’ils ne souhaitent pas affronter.

Dans un deuxième temps, lorsqu’il joue à ses jeux vidéo, votre enfant vit un sentiment de contrôle. Un enfant qui est victime d’intimidation à l’école, l’enfant qui est maladroit pour entrer en relation avec les autres ou un enfant qui est isolé ira chercher une impression de confiance et de puissance via l’entremise de ses jeux vidéo.

Dans ces cas, le repli vers les jeux vidéo sera pour lui la conséquence de difficultés affectives ou sociales.

Ainsi, pour espérer un changement, il sera essentiel de déterminer quelles sont les causes, les difficultés ou les manques que la personne tente de fuir ou encore de palier à l’intérieur des jeux vidéo.

Les indices de la présence possible d’une dépendance aux jeux vidéo :

Voici une liste d’indices que vous observerez chez votre enfant qui possède ou qui est en voie de développer une dépendance aux jeux vidéo :

• Votre enfant ment de façon chronique concernant son temps passé devant ses écrans.
• Vous remarquez que votre ado a désormais qu’un seul champ d’intérêt et sujet de discussion : ses jeux vidéo. Ses anciennes passions sont mises de côtés.
• Votre ado a commencé à négliger les autres aspects de sa vie (vie amoureuse, activités sportives et sociales etc.)
• Votre enfant s’isole socialement et commence à préférer les interactions virtuelles aux relations en personne. Par exemple : Si le parent propose à l’adolescent d’inviter des amis à venir à la maison, celui-ci préfèrera refuser l’offre et interagir avec eux virtuellement.
• Votre enfant agit de façon agressive envers les autres enfants de la famille, il vous insulte et tend à avoir des comportements d’intimidation envers vous, il détruira des objets de la maison pour exprimer son mécontentement.
• Vous observez une diminution de sa capacité à faire preuve d’empathie envers les gens qu’il aime.
• Ses conflits interpersonnels vous semblent être à la hausse.
• Il est impossible pour lui de respecter ses engagements à ne pas jouer aux jeux vidéo.
• Vous observez des symptômes d’euphorie pendant et après la période de jeu.
• Ses notes scolaires sont à la baisse.
• Votre enfant est désormais incapable de trouver d’autres choses à faire que le jeu

À partir de combien d’heures de jeux est-ce problématique ?

Il serait simple de déterminer une charte universelle de nombre d’heures de jeux vidéo maximale. Cependant, comme chaque enfant est affecté différemment pour le temps passé devant les jeux, l’exercice serait périlleux. Il ne s’agit pas de déterminer un nombre d’heures X, mais bien l’impact qu’un certain nombre d’heures peut avoir sur le comportement et sur la vie de votre enfant. Ainsi, un adolescent peut jouer 3 heures par jour et ne vivre aucune conséquence négative sur sa vie. Tandis que pour un autre, 1h30 de jeux par jour aura des impacts négatifs notables importants sur lui. Vous vous devez donc d’être vigilant et déterminer les balises de temps de jeu qui conviennent à votre enfant.

Devez-vous vous inquiéter ? Est-il possible que les choses rentrent dans l’ordre d’elles-mêmes ?

Il faut mentionner que dans certains cas, cet intérêt intense pour les jeux vidéo sera passager et qu’il finira par s’estomper de lui-même. Cependant, dans un grand pourcentage du temps, la situation s’intensifiera et pourra engendrer des problématiques qui seront abordées dans notre prochain article. La Clinique de l’Enfant vous recommande ainsi d’écouter votre petite voix intérieure qui vous dit que votre enfant ne va pas bien. Contactez-nous afin de bénéficier d’une expertise de pointe en coaching familial. Nous saurons vous prendre en charge ainsi que votre enfant afin de vous accompagner dans une démarche de changement, pour le bien-être de votre enfant.

Biographie de l'auteur

Guillaume Rancourt

Guillaume Rancourt, est éducateur spécialisé et coach familial passionné et innovateur. Également fondateur de la Clinique de l’Enfant, il offre des services de coaching familial et de formation destinées aux parents en Beauce.

Suivez-nous sur